• Michel PICARIELLO

De la Survie à la recherche de Sens

Dernière mise à jour : 1 sept. 2021


Si l’on écoute les spécialistes des sciences préhistoriques et la théorie de l‘origine évolutive de notre espèce, au début de son histoire l'homme a pu compenser son manque de force ou de rapidité par rapport aux autres gros prédateurs, par une organisation sociale et un développement technologique continu pour arriver dans les hauteurs de la chaine alimentaire, puis devenir l’un des super-prédateurs qui peuplent la planète comme le lion, l’orque ou le grand requin blanc. Nous avons donc hérité d'un passé basé sur la survie, pour vaincre les innombrables difficultés rencontrées, telles que la maladie, les aléas climatiques, le manque de nourriture ou les luttes pour un territoire et ses ressources.


Nous avons survécu aux multiples dangers qui menaçaient l'espèce humaine, qui ont été significativement réduits, même si certains subsistent, sur le plan de la santé par exemple. Aujourd'hui nous arrivons à un moment où nous avons organisé la vie sur terre pour satisfaire les besoins de la société humaine. Cette attitude domination ne s'est pas fait sans contreparties, avec les retours négatifs que cela peut avoir désormais sur notre proche environnement et poser potentiellement la question de notre survie sur le moyen-terme. Pourtant déjà, arrivé à ce stade, émerge à différents niveaux de nos vies une question de plus en plus prégnante dans nos sociétés occidentales : si l'on ne se bat plus vraiment pour survivre et sécuriser nos existences sur le court-terme, quel sens donner désormais à notre parcours, à notre vie ?


A partir du moment, où la survie de l'espèce n’est pas immédiatement en jeu, que l'on a moins d'inquiétude sur nos capacités à assurer notre subsistance, la question de la survie s'efface pour laisser la place à celle du « sens de la vie ». Dans les organisations, auprès des groupes et personnes que j’accompagne dans les entreprises, cette question surgit régulièrement et va impacter directement l’implication, l’efficacité au travail et la motivation des personnes concernées, de plus en plus nombreuses. Les RRH s’en préoccupent et cette situation suscite désormais l’émergence de nouvelles propositions autour de la gestion de « la santé mentale en entreprise ». C’est donc une réalité.


Si passer l'étape de la survie a été incroyablement difficile pour l'espèce humaine, il est assez probable que l'autre étape qui consiste à répondre au sens de la vie est encore plus ardue. Affirmer que chacun voit midi à sa porte ou que le sens de la vie est propre à chacun reste une généralité et ne donne pas la réponse. Nous sommes devenus une espèce désormais responsable de ce qu'elle domine et il nous appartient maintenant d’écrire une histoire qui prend en compte et dépasse le cadre de notre survie, celle du sens que nous donnons à notre passage sur cette planète.



Le processus de survie qui nous a permis d’arriver jusque-là s’est principalement appuyé sur la mise en place d’une organisation sociale humaine dont l'ampleur, la complexité dépasse ce que nous aurions pu imaginer il y a des milliers d'années.


Le retour aux fondamentaux peut nous donner quelques indices : nous sommes des êtres vivants programmés pour survivre et faire ce qui est en notre pouvoir pour éviter de disparaître. La prise conscience d’une échéance finale, la mort, la disparition, est le stimulant ultime pour mobiliser nos ressources et progresser. Dans la recherche de sens, prochaine étape cruciale dans la vie de chacun, dans ce moment où nos sociétés se cherchent, bifurquent, et parfois titubent face à la perspective d'une disparition individuelle ou collective, paradoxalement l'idée de notre disparition peut redevenir une bonne conseillère. Car ce qui nous a stimulé en tant qu'espèce pour survivre sera également ce qui va nous stimuler dans la recherche de sens : développer nos compétences et nos capacités individuelles au service des autres, d'une société, d'une organisation permettant de réussir ensemble pour ne pas disparaître.


Le Sens se révèle dans l’Action

Trouver et donner du sens ne se limite pas à un processus de pure réflexion, à un échange de perspectives ou de manière de voir la vie. En effet, à l'instar des processus de survie qui ont montré l’excellence de l’espèce humaine à vaincre bon nombre de difficultés, la recherche de sens passe aussi par la mise en action.

Suivre des formations, lire des livres, tenir des conférences ou écouter des idées intéressantes n'a de valeur que par la mise en pratique des informations que nous échangeons. Faîtes le rapport entre le nombre de propositions que vous recevez chaque jour, prenez celles qui sont utiles pour amener du sens à votre existence, puis comptez celles que vous aurez mises en pratique et vous aurez une idée de la difficulté à trouver du sens.

Si la mise en action est aussi difficile, c’est qu’elle également un révélateur du niveau de sens : quand nous mettons le doigt sur nos valeurs et qu’on les met en action, le sens de notre vie se révèle instantanément.

Raison pour laquelle « trouver le sens » n'est pas qu’un processus mental : pas besoin de formation ni de diplôme pour découvrir le sens de votre trajectoire, mais des interactions humaines qui ont un impact, qui vous engagent dans l'action et vont toucher chez vous d'autres leviers (émotions, ressentis, intuitions) que celui du seul raisonnement. Trouver et donner du sens à sa vie, à ses activités est donc un exercice intime et essentiel, car il relève de notre seule décision.


Se questionner pour donner du sens

Trouver du sens dans ce qu’on fait implique de bien se connaître. Une connaissance de soi qui nous amène notamment à confronter nos peurs, à dépasser le mode survie qui découle d’une conception de la vie basée sur la seule sélection naturelle.

Dans le contexte professionnel, les managers et dirigeants sont attendus pour amener du sens auprès de leurs collaborateurs, pour susciter chez chacun la motivation nécessaire à l'atteinte des objectifs de l’organisation. Mais cette simple injonction ne suffit pas à créer du sens, cela exige d’abord que le manager, le dirigeant ai lui-même trouvé le sens de son action, un sens qui possède une signification claire et profonde pour lui, qu’il soit en mesure de partager et qui ne soit pas la répétition d’un message imposé ou choisi par défaut. C’est donc le résultat d'une démarche profondément individuelle.


Quels sont les accomplissements et projets qui vont donner du sens à vos prochaines années ? Parmi vos idées, vos projets, quels sont ceux dont le potentiel se révélera dans toute sa puissance ?


Si vous vous tenez au seuil de ces interrogations, que l'envie et l'énergie sont présentes, nous devrions avoir une conversation.


Michel Picariello

Accompagnement individuel et coaching de groupes

0 commentaire