• Michel PICARIELLO

La puissance du "Non"

Mis à jour : juil. 17


Le célèbre investisseur américain milliardaire Warren Buffett a dit un jour : “La différence entre les gens qui réussissent et les gens qui réussissent très bien, c'est que les gens qui réussissent très bien disent " Non " à presque tout”.


Comment peut-on réussir en disant "Non" à presque tout alors que nous sommes évalués et appréciés sur notre capacité à répondre rapidement et positivement aux demandes de nos clients, de nos partenaires ou de ceux qui dirigent les organisations dans lesquelles nous travaillons ?


Dans la posture qui consiste à répondre "Oui" à beaucoup de demandes ou de contraintes, on sacrifie le plus souvent à une satisfaction immédiate : celle de plaire, pour se situer là où nous sommes attendus, dans la norme sociale par exemple, ou bien afin de satisfaire un client ou son supérieur hiérarchique, etc.


Comme souvent lorsqu'on se dirige vers des gains immédiats, dire "Oui" a plus de conséquences négatives sur le long-terme qu'on ne pense : on peut s'oublier, se consumer progressivement dans ce qu'on attend de nous, sans limite. Cette réaction, lorsqu'elle n'est pas conscientisée, révèle une peur. En anglais, il existe un acronyme pour cela, qui s'appelle "FOMO", ou encore Fear Of Missing Out : la peur de ne pas être là où on nous attend. En d'autres termes, placer l'estime de soi dans le regard de l'autre.


Lorsqu'il est bienveillant, le regard de l'autre a son importance, car il peut voir ce que nous ne voyons pas et cela peut nous aider et nous informer utilement. C'est donc précieux, si nous respectons une certaine chronologie : sachons d'abord nous situer, avant de prendre en compte l'avis ou le regard de l'autre. Si nous entrons en relation avec ceux qui font de même, alors l'interaction sera vertueuse.


Pouvoir se connaître avant d'aller évaluer ou aider notre prochain, permet d'être disponible à l'autre de manière efficace. Il est donc important de savoir dire "Non" lorsque nous se sommes pas prêts ou disponibles, pour pouvoir éventuellement dire "Oui" ensuite.



Dire "Non" permet d'éliminer ce qui réduit notre potentiel.

Dire "Non", ce n'est pas être négatif mais plutôt montrer du discernement.

Dire "Non" vous permet de libérer du temps pour vos priorités, de placer des instants de respiration, de gérer vos efforts et votre fatigue.

Dire "Non" permet de poser votre identité plus sûrement qu'un "Oui".


Dire "Non" est donc une discipline de gestion de notre temps et de notre énergie.


Comment apprendre à poser ses "Non" ? :

  • Prenez un instant et demandez-vous quels sont les bénéfices réels à dire "Oui" à telle ou telle demande ?

  • Quelles sont les activités quotidiennes qui vous prennent le plus de temps et qui vous amènent le moins d'information ou de résultats ?

  • Quelle sont les questions urgentes mais non importantes que vous avez à traiter ?

  • Quelles sont les relations qui vous sont imposées et qui sont sans intérêt ou n'ont pas d'impact sur votre vie ?

  • Quelles sont les activités qui vous prennent le plus d'énergie ? Comment pouvez-vous les traiter autrement (durée, fréquence, intensité) ?


Répondre à deux ou trois de ces questions vous permettra d'investiguer les motivations profondes qui vous amènent à répondre "Oui" lorsque ce n'est pas nécessaire.


Savoir dire "Non" est une discipline à acquérir, avec des résultats surprenants qui vous permettront de projeter une image de vous-même en lien avec votre personnalité, d'établir des relations plus authentiques, de remettre en place des micro-alignements intimes et nécessaires pour disposer plus librement de votre temps et de votre énergie ... et pouvoir dire "Oui" à l'essentiel.


Terminons en citant à nouveau Warren Buffet : “Vous devez garder le contrôle de votre temps, et vous ne pouvez pas faire cela si vous ne savez pas dire non. Ne laissez par les autres écrire l’agenda de votre vie.”


Michel Picariello

Accompagnement individuel et coaching de groupes


0 commentaire